Nos docteurs en doctorats, donnent du Cameroun aujourd’hui une image d’Etat idiot, qui ne sait pas où il va, et dans lequel les valeurs nobles ont disparu.

Publié le par JFK

 

prof

aujourd'hui au Cameroun et un peu partout en Afrique, les jeunes se font l'idée selon laquelle la réussite est davantage tributaire des facteurs subjectifs tel que:Le népotisme,le tribalisme,le favoritisme, le clientélisme et la corruption,cette idée est tellement encrée dans le esprits que oser soutenir le contraire relève presque de la témérité. ces facteurs sont ainsi absolutisés et accèdent de ce fait à la toute puissance, reléguant aux oubliettes du moins en arrière plan les valeurs comme l'effort, le travail, la compétence, le mérite.

                                    

La génération « école supérieure» qui a gouverné le Cameroun après l’indépendance, dont on disait qu’elle était limitée intellectuellement
pour véritablement élever le Cameroun vers les cimes qu’il mérite, a cédé la place depuis 25 ans à la race des « Professeurs Docteurs Ingénieur ».
Mais alors qu’on pensait que le pays allait emprunter le TGV du
développement, il ne s’est jamais aussi mal porté.
Nos docteurs en doctorats, au contraire, donnent du Cameroun aujourd’hui une image d’Etat idiot, qui ne sait pas où il va, et dans lequel les valeurs nobles ont disparu. Ceux qui devaient être nos lumières nous ont plongés dans les ténèbres de la bêtise humaine. Voici une petite palette des tares de ces abêtisseurs du Cameroun

. enseignant.jpg
Ils ont fait du diplôme une consécration
Ils usent leurs culottes à étudier, ils investissent les amphis d’ici et d’ailleurs à accroître leur savoir, et ils engrangent de nombreux diplômes, parfois brillamment. Mais dès qu’ils obtiennent un emploi, ils succombent aux délices faciles du quotidien, caractérisés par le cycle travail espaces intermédiaires (circuits, restaurants, auberges)-maison (télé, dodo). Ils affichent désormais leurs diplômes comme de simples médailles rappelant leurs exploits scolaires passés. Ils ne lisent presque plus, ils n’apprennent plus, ils ne se remettent plus en cause, ils ne font plus de la recherche. Les diplôm

es leur ont servi à acquérir des strapontins sociaux, un point c’est tout. Ne leur demandez surtout pas ce qu’ils peuvent apporter au pays avec les
connaissances qu’ils sont supposés avoir acquises, ils ne vous diront rien, parce qu’ils n’y ont jamais pensé.
Ils ne sont que des consommateurs d’idées
Pour nos docteurs en doctorats, leur rôle se limite à énoncer les
problèmes (et encore !), les solutions venant de là où elles sont conçues d’habitude. Un recteur à Douala visitait sa faculté de sciences avec son staff de grands professeurs, et ce qu’il a relevé de grave c’est que les enseignants ne s’habillent pas en costume et cravate, de même qu’un grand professeur de sociologie de passage à l’université de dschang pour la dispense d’un cour n’a pas manquer de fustiger le mauvais comportement vestimentaire de ses collègues de cet université qui ne s’habillaient presque pas en costume, pour lui qui en avaient d’ailleurs une dizaine de costume, il fallait donner le bon exemple aux jeunes intellectuelles. Et vous voulez que CICAM se porte bien quand des dirigeants d’une université située dans la chaude capitale économique du pays imposent des costumes trois pièces comme « tenue décente » à des enseignants travaillant dans des amphis

surchauffés? Parce que chez les « autres », c’est ça la grande tenue, chez nous aussi ce doit être pareil.

              Regardez ces « érudits » dans les débats (façon de parler), et observez que leur argument massue préféré pour défendre une idée, c’est «même en France ou aux USA, ça se passe comme ça». Notre pays n’avancera jamais si nous pensons que ce sont les « autres » qui doivent décider de ce qui est bon pour nous. Dire que nous pensions que ce complexe était dû à l’illettrisme !
Ils renient leur savoir pour de la flagornerie
Lorsqu’un linguiste agrégé appelle l’épouse du chef de l’Etat «
Madame la présidente, Son Excellence… », On se demande si on ne rêve pas. Qui d’autre que le linguiste devait tirer la sonnette d’alarme sur les abus de langage au Cameroun ? C’est la même surprise désagréable qu’on a lorsqu’une « sommité » du droit estime qu’on peut retoucher la Constitution chaque fois qu’on le désire, comme un simple règlement intérieur d’association. Un « grand » politologue officiant à l’IRIC s’invite à tous les plateaux TV du Cameroun pour démontrer que la limitation des mandats présidentiels est « antidémocratique ». C’est grave ! Nos docteurs en doctorats n’ont plus aucun garde fou dans leur flagornerie à l’endroit du Prince: même les connaissances sont tronquées pour ces bas desseins. Pas étonnant que les taux de c

roissance et de chômage (les chiffres
sur la population aussi) tiennent plus de l’affabulation que de la statistique réelle. Un pays peut-il avancer quand la science est sacrifiée à l’autel des lubies de ses dirigeants ?
Ils sont lâches et irresponsables
Leur posture favorite lorsqu’ils font semblant de critiquer le pouvoir en place, c’est d’imputer tous les maux de notre pays à l’entourage du président. Couards comme ils sont, ils veulent faire croire aux Camerounais qu’ils sont gouvernés par Dieu Le Père lui-même (l’infaillible), simplement parce qu’ils redoutent d’éventuels « coups de tête ». Nos agrégés en agrégations admettent volontiers qu’ils ne pensent pas, chacun de leurs actes étant posé « sous la haute impulsion de… ». Aucune de leurs interventions publiques ne peut s’achever sans qu’ils citent « Le chef de l’Etat, Son Excellence… ». Quand ils se font interviewer dans leur bureau, ils font tout pour que la photo d

e celui qui parle à travers leur bouche apparaisse à l’image. Or, comme une seule personne ne peut produire des idées géniales pour tous les secteurs de la vie du pays, on se retrouve dans une situation où rien n’est fait nulle part. Et flop !
Ils se prostituent dans les sectes et réseaux
Pour accéder à des postes importants et/ou pour se garantir un «
enrichissement scandaleux », nos « longs crayons » adhèrent aux sectes et réseaux qui pullulent (à découvert depuis l’avènement du Renouveau) dans notre pays. Malheureusement pour eux, ils ne découvrent le vrai « mode d’emploi » de ces cercles mystiques et maléfiques que lorsqu’ils sont déjà à l’intérieur, et les voilà soumis aux pires humiliations : sodomie, cession d’épouses aux « maîtres » pour besoins sexuels, etc. Ils roulent carrosse, ils ont l’illusion de posséder un pouvoir puisqu’on se lève à leur passage, mais comme les prostituées, ils souffrent dans leur chair et leur psychique. Ils deviennent donc envieux de la liberté et de la tranquillité d’esprit des simples citoyens, ce qui engendre la méchanceté. Pas question
d’avoir le bien-être social en restant propre, sans endurer les humiliations comme eux. On comprend ainsi aisément pourquoi le bonheur du peuple est le cadet de leurs soucis. Mais dites, comment à ce niveau d’instruction nos docteurs en doctorats ne savent-ils pas que rien sur cette terre ne s’obtient sans contrepartie
 

Ils sont menteurs et fourbes
Quand on affirme, pince-sans-rire, devant les caméras de télévisions que les morts lors des émeutes de février 2008 doivent leur triste sort aux bagarres entre casseurs et pilleurs qui ne s’entendaient pas lors du partage du butin de leurs forfaitures ; ou lorsqu’on déclare triomphalement qu’il y a eu « zéro mort » à Bamenda pendant les années de braise, alors que des personnes sont mortes sous les balles des forces de l’ordre, c’est grave.
C’est grave parce qu’on est parent d’enfants, et même (hélas !)
enseignant, donc celui qui est supposé dire aux jeunes que le mensonge est un vice. Le mensonge a tellement été banalisé dans notre pays par ceux qui ont la charge de sa gestion, que le terme « politique » est désormais synonyme de « mensonge ». Vous vous rendez compte qu’on a donné des quitus de « bonne gestion » pendant des années à des DG d’entreprises étatiques, alors qu’ils étaient en train de piller et tuer ces structures ? SNEC, CAMAIR,
CAMTEL, ONCPB, CNR, la liste est longue des entreprises mortes au Cameroun à cause du mensonge et de la fourberie de nos « experts ». Ils sont amnésiques Au début des années 1990, beaucoup de nos « érudits » sont montés au créneau pour dire

que le Cameroun n’était pas encore prêt pour le multipartisme. Quelques semaines plus tard, les mêmes revenaient sans honte expliquer la justesse du choix du chef de l’Etat de promulguer les lois qui consacrent le multipartisme. En 1996, ils ont envahi les médias pour présenter la nouvelle Constitution comme un modèle du genre en matière de démocratie. Il n’y avait mieux nulle part : motions de soutien, marches
triomphales. Aujourd’hui, voici les mêmes qui reviennent, toute honte bue, décrier « l’une des meilleures constitutions du monde ». Que dire de ce professeur qui, plus jeune, avait vécu des grèves d’élèves au lycée à Bonabéri et à l’université de Yaoundé, qui vient appuyer la thèse de la manipulation des jeunes dans leurs récentes revendications. Il n’y a donc que la jeunesse du Cameroun qu’il faut manipuler pour qu’elle réalise qu’elle a faim ? Au Burkina, au Sénégal et ailleurs, les jeunes sont donc plus « mûrs » qu’au Cameroun ! Une telle amnésie ambiante confine notre pays à l’éternel recommencement, donc à la stagnation et au recul.
 

Ils sont faibles et manipulables
Il n’y a pas longtemps, on a dit aux Professeurs Docteurs Ingénieur du Cameroun qu’il fallait devenir chef de village pour montrer qu’on « maîtrise » une portion de la population, et obtenir ainsi une meilleure part du gâteau national. Alors ça a été la ruée vers les chefferies dans les villages du pays : quand on était vraiment éloigné de la famille régnante, on mettait sa fortune à contribution pour porter au trône « sa » personne. L’autorité traditionnelle a été fragilisée, décrédibilisée.
Demandez à ces trouillards de marcher à quatre pattes en invoquant de « hautes instructions », et ils vont faire mieux : ils vont ramper. De petits « indics » leur extorquent ainsi de fortes sommes d’argent sous prétexte de pouvoir faire avancer leur dossier en haut lieu. Le plus grave c’est que des maîtres d’EPS et de petits informaticiens conçoivent des slogans et des arguments ridicules, et nos « profs » les répètent comme des perroquets.

Etre allé à l’école si longtemps pour n’être que des marionnettes,
c’est triste. Malheureusement l’incidence de cette réalité n’est pas qu’individuelle ; le Cameroun en pâtit, car ces grands diplômés qui nous dirigent sont tout autant manipulables par les étrangers. Et nos entreprises, même de souveraineté, sont bradées ; les marchés et contrats de dupes en notre défaveur sont légion.
Ils sont corrompus et voleurs
Jadis, on identifiait les gens qui avaient «beaucoup lu» par leur
détachement pour les biens matériels. Ils ne rêvaient que de reconnaissance pour leurs performances dans leur domaine de connaissance. Aujourd’hui, les
super diplômés rêvent de grosses voitures, de châteaux, et de comptes bancaires obèses. Même au sein des universités, on voit comment ils se battent comme des chiffonniers pour décrocher des «missions juteuses». Quand vous circulez dans

nos grandes villes, on vous montre les immeubles construits par, tel agrégé, ou tel expert avec l’argent volé à l’Etat. On s’est même servi de l’argent destiné à stopper l’expansion du VIH/SIDA pour bâtir de colossales fortunes. Si la lutte contre la corruption et les détournements étaient réels dans notre pays, aucune université au monde n’aurait une plus forte concentration de Professeurs-Docteurs-Ingénieurs-Experts que nos prisons. Conséquence, comme ceux qui devaient avoir assez de distance avec le quotidien pour penser le devenir du pays sont absorbés par la recherche des gains faciles, le Cameroun
est sur pilotage automatique.
Il faut préciser que les tares relevées ici ne sont pas exhaustives. Ce qu’il y a de plus inquiétant, c’est que cette race de « docteurs en doctorats » sans consistance est en train de se renouveler, ce qui est normal, puisque beaucoup d’entre eux sont assez cyniques pour continuer à enseigner.


moto taxi

Une des preuves de ce nivellement par le bas est le comportement des moto taximen : ils sont discourtois, imprudents, ils ignorent le code de la route, pourtant on nous dit qu’ils sont en grande partie titulaires de licences et de maîtrises.
Alors, quand les grands diplômés d’un pays donnent une telle image d’ignorance de la vie en société, il y a de quoi croire que le peuple dont ils sont supposés être les « éveilleurs de consciences » est d’une idiotie proverbiale. Heureusement que cette déduction ne résiste pas à l’affirmation de cette grand-mère qui disait toujours qu’il y a l’intelligence de l’école, et il y a aussi l’intelligence humaine tout court qui ne se mesure pas au nombre de diplômes. Il n’y a donc pas lieu de désespérer du Cameroun, car un pays ne se construit pas uniquement avec des agrégés, et les couches moyennes qui portent le pays à bout de bras, sont en train d’apprendre à satiété ce qu’il ne faut surtout pas faire si on veut faire avancer un pays. Expérience qu’elles mettront à profit lorsque l’alternance se fera dans la manière de penser et de conduire le Cameroun.

Commenter cet article